Affaire des Serres d’Auteuil : « La Fédération Française de Tennis est en train de détruire un bien commun et de le détourner à des fins mercantiles » (Agnès Popelin)

agnes-popelin-hd-portrait
Agnès Popelin

En 2010, la Fédération Française de Tennis a émis le souhait d’étendre son espace sportif en annexant les Serres d’Auteuil. S’élevant contre la dénaturation d’un domaine historique protégé, certaines associations contestent ce projet ; l’une de ses représentante, Agnès Popelin, (Vice-Présidente d’Ile-de-France Environnement et administratrice à France Nature Environnement) a accepté de répondre à l’équipe de la Nouvelle Gazette Française concernant l’avancement de cette affaire.

La Nouvelle Gazette Française. Quelle est votre position par rapport aux conclusions rendues par l’enquête publique, favorable à l’extension du complexe de Roland Garros sur les Serres d’Auteuil ?

2014-11-28 15.27.54
Les Orchidées des serres chaudes

Agnès Popelin. Le nombre de contributeurs opposés au projet, rassemblant aussi bien des experts que des botanistes, des associations préservatrices du patrimoine ou des personnes civiles, indique que ce dessein n’emporte pas l’adhésion unanime. Ses seuls promoteurs sont les membres de la Fédération Française de Tennis (FFT) et des champions sportifs. Le commissaire enquêteur, qui doit se constituer une opinion personnelle, aurait dû tenir compte de ce facteur ; il eût été préférable de regrouper une commission d’enquête (faisant appel à plusieurs enquêteurs) et non de se référer à son seul avis, notamment au vue des questions techniques que ce projet implique. Les associations mobilisées pour la préservation des Serres d’Auteuil ont été qualifiées d’anti-progressistes, de passéistes opposées au tennis ; il n’en est rien : l’éclatement des collections botaniques engendré par un tel projet est l’un des problèmes majeurs que soulève cette affaire, tout comme le respect de la vocation initiale de cet espace historique. Nous sommes en faveur du rayonnement culturel français et soutenons le projet d’extension de Roland-Garros, à condition qu’il soit étudié sous un spectre alternatif ; le « quartier d’excellence sportive » revendiqué par le Maire de Paris Anne Hidalgo pourrait prendre corps par la mutualisation de différents espaces sportifs, avec les trois grands sites que sont Roland-Garros, le stade Jean-Bouin et le Parc des Princes par exemple. Tous les acteurs du projet (Ministre des Sports, de l’Environnement, la Ville de Paris, la FFT et les APNE (Associations Protection Nature et Environnement et associations préservatrices du Patrimoine) doivent entrer en concertation commune pour trouver un terrain d’entente. L’avis qui a été rendu n’implique pas l’intervention du Ministre de l’Ecologie, Madame Ségolène Royal, qui est encore amené à rendre son jugement sur le projet ; de plus, nous attendons encore l’éclairage de la Commission Supérieure des Sites, perspectives et paysage, la CSSP, qui va être consultée une nouvelle fois. 

La Nouvelle Gazette Française. L’extension de Roland-Garros sur un autre complexe reste donc envisageable ? 

2014-11-28 15.29.57
Derrière les serres chaudes, un chantier dans le jardin botanique

Agnès Popelin. Lors de la conférence environnementale du 27-8 novembre 2014, le Président Hollande a déclaré que tout projet ayant trait à l’environnement devait faire l’objet d’une étude de plan alternatif ; nous en appelons au respect de cette mesure. A cet égard, nous avons produit une expertise sur le choix d’un autre espace, que la FFT a jugé valide en termes de coût et de faisabilité mais qu’elle a rejeté, estimant l’étendu du terrain choisi trop restreinte. Nous proposions pourtant 1,3 hectares de terrain alors que le projet d’installation au sein des serres botaniques lui ferait bénéficier d’un hectare seulement ; c’est donc véritablement sur le caractère prestigieux des lieux que se porte le choix de la FFT. De même, le projet de couverture de l’autoroute a été rejeté, parce qu’il aurait nécessité une révision du Plan Local d’Urbanisme (PLU). Lorsqu’il s’agit de le modifier en leur faveur sur les Serres d’Auteuil, les fédérations soutenant le projet n’hésitent pourtant pas à procéder à ces changements ou à contester des lois de protections du patrimoine centenaires ! L’écueil juridique que nous leur opposons ne semble pas les atteindre ; leur seul argument de contradiction relève de règlement d’urbanisme.

La Nouvelle Gazette Française. Quels sont les enjeux d’un tel projet en termes patrimoniaux ? 

Agnès Popelin. Dans l’éventualité où l’extension de Roland-Garros sur les Serres d’Auteuil aboutirait, il s’opérerait une véritable destruction de tout un arsenal juridique, notamment des lois de protection du patrimoine 1913 et 1930. La Cour d’Appel Administrative a rendu dernièrement un rapport particulièrement dangereux, où l’espace protégé du jardin est réduit à portion congrue – jardin à la française, comprenant le parterre central et les serres dites Formigé. C’est comme réduire les jardins de Versailles à leur seule perspective ! L’argument de la valorisation du patrimoine des Serres d’Auteuil en cas d’intégration de cette fédération sportive en son sein ne peut être cautionné ; les Serres ne seront en effet plus ouvertes aux heures initialement fixées par la Ville de Paris et le domaine transformé en espace privatif, composé de multiples boutiques. La Fédération Française de Tennis est donc en train de détruire un bien commun et de le détourner à des fins mercantiles ; est-ce là la vocation d’un lieu naturel ?

La Nouvelle Gazette Française. Dans le cas où le projet aboutit, quelles seront les étapes de l’établissement du chantier ? 

Agnès Popelin. Si tout se passe comme l’entend la Fédération Française de 2014-11-28 15.36.53Tennis, le dossier passera à la Commission Supérieure des Sites autour des mois de décembre / février et sera validé par la Ministre de de l’Ecologie et la Présidente de la Commission. Ensuite, il sera déposé auprès du Maire de Paris, Madame Anne Hidalgo et la réalisation du projet pourra être annoncée en plein déroulement du tournoi de Roland-Garros. Les travaux commenceront, suivant les trois appels d’offre choisis (l’un sur les Serres chaudes, l’autre sur les bâtiments en meulière et le dernier, le plus important, sur l’espace historique) et dès juillet 2015, la stérilisation du chantier pourra débuter. En janvier 2016, une période de travaux de quatre ans s’ouvrira. Bilan de l’opération : une FFT ruinée, pour un espace total de onze hectares et demi alors que les autres grands chelems atteignent les dix-huit à vingt hectares ; Roland-Garros sera toujours à la dernière place. Dans ce cas de figures, nous tenterons de faire des référés suspensions pour arrêter les bulldozers. 

La Nouvelle Gazette Française. Dans le même registre, que pensez-vous de la politique de gestion du patrimoine d’Anne Hidalgo concernant la tour Triangle ?

1302012396-100308-vue-vers-issy-large-980x1000
Projet de la tour Triangle

Agnès Popelin. Sur le cas de la tour Triangle, les associations de préservations du patrimoine ont une nouvelle fois été taxées de passéistes ; le projet de la tour Triangle entraînait la restriction de l’emprise sur le domaine du Parc des Expositions. Paris risque de perdre ainsi une surface importante de ses grands parcs. L’édifice était censé accueillir de nouveaux bureaux et les tenants du projets ont plaidé en sa faveur sous prétexte que cela générerait des emplois ; non seulement la ville de Paris a besoin de logements et cette construction induit une réduction d’espace utile, mais cela ne créerait pas de nouveaux emplois, entraînant au mieux un simple transfert de sièges sociaux. En plus de ne pas répondre aux attentes des parisiens, ce projet n’entraîne aucun essor économique pour la ville. Nous sommes donc très fiers que la raison l’ait emporté sur ce dossier et que les clivages politiques aient été dépassés pour l’occasion.